Impensés d’un débat

Economie octobre 2019

Impensés d’un débat

L’exercice de recommandations dans le cadre de la réflexion sur le modèle du développement à promouvoir est allé bon train cet été. La nouveauté tant invoquée apparaiît suspecte, outre que ces recommandations se situent dans le sillage des politiques publiques à l’œuvre depuis plus de deux décennies, la définition des enjeux du développement reste largement lacunaire.

Quiconque suit le débat sur le modèle de croissance, initié il y a bientôt deux ans, reconnaît qu’il a l’indéniable mérite de briser le silence sur la qualité des performances de l’économie marocaine et les limites des politiques économiques. Le retournement des positions et des appréciations est manifeste: des représentants des instances de décision publiques, des politiques et experts, quasiment muets sur ces sujets, n’hésitent pas aujourd’hui à évoquer le déficit d’activité, le chômage, la précarité ou les carences des services éducatifs et de santé, et à préconiser des mesures qu’ils placent sous l’égide d’un «nouveau modèle de développement». A interroger les mesures prônées ici et là, force est de constater cependant qu’elles réitèrent, sous forme de poncifs, des propositions qui se situent dans le droit fil des actions publiques menées depuis plus de deux décennies. Ce faisant, elles laissent dans l’ombre non seulement les facteurs majeurs d’inefficience, mais aussi le contenu et les enjeux de l’objectif suprême du développement.
... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque

Rédouane Taouil,  Professeur agrégé en économie