fbpx

Stress hydrique :  Une priorité pour la RADEEMA

Actualité #212 avril 2021

Stress hydrique :  Une priorité pour la RADEEMA

 

Face à la rareté de la ressource hydrique, la RADEEMA (Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Marrakech) poursuit sa mobilisation et son engagement pour améliorer en continu la performance de ses réseaux. C’est ainsi que, depuis 2013, la Régie a réalisé plusieurs projets et actions qui ont permis aujourd’hui l’atteinte d’un taux de rendement du réseau d’eau potable de 77,45%. Chasses aux fuites d’eau, sectorisation, suivi des débits nocturnes, modulation de pression, usage des nouvelles technologies, géo localisation,… sont autant de solutions intelligentes mises en place pour faire évoluer le réseau et améliorer la performance en matière de gestion de la ressource. A ce titre, de nombreuses actions transversales ont été déployées par la Régie pour la réparation de fuites, la gestion et l’optimisation du patrimoine ainsi que la lutte contre les pertes apparentes (vols d’eau, sous-comptages). C’est ainsi que près de 10.426 fuites d’eau ont été détectées et réparées par les services de la Régie en 2020. Et dans le cadre du maintien de sa stratégie en matière de préservation de la ressource hydrique, la RADEEMA a entrepris également des investissements importants pour le renforcement et l’extension du réseau d’eau potable dont notamment le projet de conduite sud avec une enveloppe de 100 millions de dirhams, ainsi que la réalisation des travaux de renouvellement du réseau pour près de 75 millions de dirhams. Par ailleurs, il faut noter que la Régie vient de réaliser un 3e complexe hydraulique 30.000 m3 qui va porter la capacité de stockage à 165.500 m3 et va permettre une autonomie de réserve de 18 heures. Pour rappel, il faut noter que la problématique du stress hydrique au Maroc est un véritable sujet qui demeure sur la table des décideurs. « Le Maroc figure aujourd’hui parmi les pays qui sont très concernés par la problématique du stress hydrique et je dirais même qu’il est parmi les pays qui sont les plus touchés dans le monde arabe. Malgré nos différentes avancées dans le secteur de l’eau on est encore loin de ce qui est énoncé par l’ONU », souligne Imad Boulabat, Directeur Général du Groupe Wilo Maroc dans une interview publiée par Economie Entreprises.