fbpx

Algérie, l’idiot utile

Décryptage avril 2021

Algérie, l’idiot utile

«A servir des desseins qui contredisent ses aspirations, l’idiot n’est utile qu’à ses adversaires».

Dans l’affaire du Sahara, l’Algérie fait office d’idiot utile qui agit et s’agite de telle façon que tout progresse… dans la direction opposée à celle qu’il croit suivre. Le pays voisin, dont le principal enjeu est de décrocher le statut d’acteur stratégique du Maghreb, se voit entraîné dans une spirale à la fois coûteuse et dangereuse pour sa stabilité sociale. La noirceur de la cause qu’il sert est à l’origine de l’asséchement de la rente pétrolière. L’économie se retrouve à bout de souffle, et le pays est en proie à une contestation populaire historique. Pour sa part, l’Europe, notamment la France et l’Espagne, veille à entretenir de bonnes relations à la fois avec Alger et Rabat de façon à préserver… les susceptibilités et le statu quo. Une neutralité passive qui s’aligne d’abord sur les intérêts de certains de ses membres. Et pour cause, les relations bilatérales Sud-Nord priment sur des coopérations des relations intermaghrébines. L’incroyable cécité politique du régime algérien l’empêche de voir l’intérêt considérable de la fin de ce conflit en termes de croissance. Non seulement il le délivrera, ainsi que le Maroc, d’un lourd fardeau financier, mais il favorisera également une intégration économique pour toute la région.