fbpx

Les pétroliers sauvés par Total !

Confidentiel avril 2021

Les pétroliers sauvés par Total !

Ça serait l’image du Maroc auprès des investisseurs internationaux qui a le plus pesé sur le dénouement inattendu de l’enquête autour d’une éventuelle entente entre les distributeurs de carburants. La commission ad-hoc créée par le Roi en juillet 2020 pour donner son avis sur ce dossier a ainsi statuée sur un «non-lieu». A huit clos les membres ont invoqué un contexte économique délicat, et surtout que le fait d’infliger une amende aux distributeurs étrangers, comme Shell mais surtout Total qui est cotée dans plusieurs places financières à travers le monde, dont Paris et New York, pourrait donner un écho international à ce dossier, chose qui impacterait l’image du Maroc. Seuls Driss Jettou et Abdellatif Jouahri auraient été en faveur du maintien d’une amende comme proposée par le Conseil de la Concurrence, arguant que l’Etat «est dans le besoin». Il est à rappeler que la commission royale était composée des présidents des deux Chambres du parlement, le président de la Cour des Comptes, le président de la Cour Constitutionnelle, le Wali de Bank Al Maghrib et le président de l’Instance de la Probité de la Prévention et de la lutte contre la corruption. Le Souverain a transmis fin mars au chef du gouvernement les recommandations de la Commission ad-hoc, afin de «de remédier aux imprécisions du cadre légal actuel, renforcer l’impartialité et les capacités de cette institution constitutionnelle (Conseil de la Concurrence ndlr) et conforter sa vocation d’instance indépendante contribuant au raffermissement de la bonne gouvernance et de l’État de droit dans le monde économique».