fbpx

«Une Supply Chain dans la 4.0 est un atout»

Dossier mars 2021

«Une Supply Chain dans la 4.0 est un atout»

En plein contexte conjoncturel où le digital a démontré ses atouts, le concept de l’industrie 4.0 se positionne comme l’alternative idéale pour la vieille industrie. Karim Cheikh, président du GIMAS, nous en parle.

Quelles sont les opportunités de l’industrie 4.0 pour le Maroc ?

L’industrie 4.0 pour le Maroc est une opportunité pour la Supply Chain marocaine de se positionner dans l’évolution technologique mondiale du secteur aéronautique. Ce qui veut dire qu’au-delà d’une opportunité, il s’agit d’une exigence, d’une condition pour exister dans ce secteur qui est mondialement intégré. Aussi, il y a différents niveaux de l’industrie 4.0, de la digitalisation ou zéro papier au Cobot ou à la fabrication additive. Ces briques technologiques font partie de la révolution industrielle, et apportent aussi des gains en performance industrielle et qualité à l’entreprise. De plus, pour le Maroc, une Supply Chain engagée dans la 4.0 est un atout de rayonnement et de positionnement incontournable auprès de nos clients et grands donneurs d’ordre.
La place de l’humain n’est-elle pas menacée?
Dans cette révolution industrielle, la place de l’humain est centrale. Dans ce secteur, l’humain est au cœur de la transition industrielle. Cela veut dire que les ressources vont aller dans le sens de cette évolution technologique, avec de nouveaux savoir-faire et de nouveaux métiers. Un exemple est la protection des données qui devient clé dans une entreprise digitalisée, d’où l’engouement actuel pour les ingénieurs et techniciens spécialisés dans ce domaine.
La formation ne sera-t-elle pas une problématique ?

La formation n’est pas en soi un obstacle, dans une industrie avancée comme l’aéronautique, nous pouvons faire appel à des généralistes du domaine. La connaissance du secteur et de ses exigences est une condition de réussite et de crédibilité. Pour la formation, nous œuvrons ensemble avec l’État sur l’anticipation des besoins pour y répondre dans les meilleures conditions de temps et de qualité. Aussi, il faut savoir que de toutes les façons, la démarche se fait aussi à travers les groupes maisons mères pour qui le Maroc est un centre d’excellence au même titre que leurs entités dans le monde, et que ces transformations industrielles se mènent à l’échelle des groupes et de leurs filiales.
Pouvez-vous nous parler du Plan aéronautique 4.0?

Justement, cela nous mène au rôle du GIMAS dans ce chantier que nous avons établi comme structurant pour nous, et qui doit être mené dès cette année. L’objectif est de mener une action globale pour l’ensemble des entreprises membres, avec un accompagnement adéquat au niveau du financement et de l’expertise. L’idée est de pousser au plus loin la démarche avec chacune des entreprises pour qu’elles poussent au plus loin leurs potentialités dans l’industrie 4.0.