fbpx

Mourir de la Covid, sans compassion

Décryptage janvier 2021

Mourir de la Covid, sans compassion

L’assurance n’aime pas le risque et fait tout pour ne pas en prendre. C’est un fait entendu pour les assurés marocains qui préfigurent une usine à gaz en perspective quand il faut faire valoir leur droit garanti par l’assurance décès. Quid des Marocains emportés par la pandémie ayant contracté, de leur vivant, des prêts immobiliers adossés à des assurances décès? La Toile fait écho de la difficulté de familles endeuillées d’obtenir gain de cause face à des assurances qui cherchent la petite bête pour ne pas rembourser le solde du prêt immo contracté par l’emprunteur décédé. Si tout contrat d’assurance souscrit peut contenir des clauses d’exclusion, l’extrapolation de nos assurances d’assimiler la pandémie à une catastrophe sanitaire reste légalement discutable et moralement condamnable. Contactée par EE, l’ACAPS nous confirme d’ailleurs que la mort due à la Covid ne peut pas être assimilée à une catastrophe naturelle et que l’assurance décès doit couvrir cette mort. «A moins qu’une exclusion expresse dans le contrat d’assurance vienne justifier que l’assurance décès adossée à un crédit ne couvre pas la mort par pandémie», nous précise l’autorité de contrôle des assurances. Partant de là, on peut deviner les grains de sable pour empêcher ou retarder les indemnisations.