fbpx

Abdelmounaïm Madani

Interview novembre 2020

Abdelmounaïm Madani

Fervent défenseur de l’insertion sociale par l’économique, cet homme de terrain n’hésite pas à aller repérer, au niveau le plus fin, les dynamiques territoriales d’emploi.

Vous êtes à la tête d’un organisme qui existe depuis 20 ans et pourtant la problématique de l’insertion et de l’emploi demeure un sujet à part entière. A quoi sert l’Anapec ?

(Rires) Pour répondre le mieux possible à cette question, on va expliquer les choses dans leur profondeur. Parmi tous les processus de production qui constituent de la valeur et de la richesse, le facteur humain, le facteur travail, a ses particularités. Il doit être mobilisé différemment dans le sens où il ne peut être chosifié ou marchandisé, et de ce fait, il ne peut pas répondre à des dynamiques libérales. Dans toute opération de la production de la richesse et donc de la croissance économique, l’entreprise mobilise les facteurs, mais on ne peut pas la responsabiliser sur la disponibilité de la ressource humaine. Et puis de l’autre côté, il y a le souci social de faciliter l’insertion du citoyen dans la société moyennant, bien sûr, les règles de contribution à la vie commune. Ce sont là deux préoccupations économiques fondamentales. La préoccupation de la disponibilité de la ressource humaine et la prévention de sa pénurie et la préoccupation sociale d’accompagner, d’assister et de faciliter, pas l’emploi, mais l’insertion sociale par l’économique. ... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque