fbpx

Post-crise : tout dépendra de la gouvernance

Point de vue mai 2020

Post-crise : tout dépendra de la gouvernance

Trois éléments clés de l’actualité ont attiré mon attention ces derniers jours. Le premier concerne le groupe Total qui est visé pour la première fois par une résolution climatique déposée par des actionnaires institutionnels lui demandant d’aligner ses activités avec les objectifs de l’accord de Paris. Cette résolution, qui sera soumise au vote lors de la prochaine assemblée générale, réclame une réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à sa propre activité mais également aux activités des clients du pétrole qu’il produit (le groupe a toujours argué qu’il n’était pas responsable de ce point-là). Lesdits investisseurs, dont un grand Asset Manager et une banque, exigent que les réductions soient faites en valeur absolue et non en valeur relative. Le second élément est lié aux relations économiques et financières Maroc-Union Européenne après cette crise. Comme le souligne une dépêche de la MAP, le ministre de l’industrie marocain s’est entretenu avec la Commissaire européenne à la concurrence pour ouvrir les voies à un nouveau cadre de coopération permettant entre autres de relocaliser certaines activités dites stratégiques vers le Maroc. Ce dernier a découvert lui-même de nouvelles dimensions de son secteur industriel selon le ministre. Le troisième élément est la publication par Le Monde des conditions de travail dans certaines usines au Maroc (photos à l’appui) pendant cette crise, soulignant que des ONG ont interpellé le gouvernement sur les conditions de travail de milliers d’ouvrières et d’ouvriers.

A première vue, ces trois évènements peuvent sembler complètement décorrélés, mais en analysant en profondeur, ils s’avèrent liés par la force de ce que la crise pandémique risque d’imposer aux politiques, aux entreprises et aux financiers. En effet, la crise ouvrira des opportunités nouvelles de coopération entre le Maroc, l’UE et peut-être même d’autres zones géographiques. Mais au-delà du cadre de coopération et des mécanismes d’incitation qui seront mis en place, la décision d’investissement revient aux investisseurs et aux grands groupes souvent cotés en Bourse. Pour la plupart de ces groupes, l’investissement (industriel, délocalisation ou financier) doit de plus en plus être responsable sur l’ensemble des plans. Cette responsabilité est évaluée selon les strictes normes ESG selon les trois axes: environnement (changement climatique, eau potable et assainissement, efficacité énergétique), social dans toutes ses formes (conditions de travail, liberté syndicale et liberté d’expression, égalité des chances, parité Homme/Femmes pour les postes de management) et la gouvernance. L’investissement doit, au-delà des gains financiers, produire des effets positifs sur la communauté selon les trois volets. De ce point de vue, l’optimisme prime car l’initiative du Souverain de mettre en place un nouveau modèle de développement économique et social couvre, en termes de vision, l’ensemble de ces points. L’enjeu sera de les traduire en stratégie opérationnelle, portée par un gouvernement compétent qui aura une forte sensibilité à ses points clés et qui permettra d’atteindre les objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Ce dernier point est la clé de toute stratégie ou politique et conditionne de plus en plus les soutiens financiers. L’accélération du processus de vote de la loi sur le blanchiment d’argent est un bon signal envoyé aux bailleurs de fonds, alors que le projet de loi sur les réseaux sociaux est considéré par d’autres comme liberticide. L’amélioration de la gouvernance de certains programmes sectoriels et leur efficacité en termes d’impact sur les citoyens sont aussi un préalable. Par exemple, celui de la gestion des déchets, essentielle pour la santé des citoyens, mais qui pose un problème malgré les énormes dépenses d’investissement occasionnées; un problème environnemental lié à un problème de gouvernance.


Expert en Finance et Gestion des risques, Professeur Associé EM et IAE Normandie