fbpx

Note indulgente

Décryptage mai 2020

Note indulgente

A l’heure où plusieurs pays essuient les dommages causés par la crise du Covid-19, le Maroc se montre résilient. Assez en tout cas pour convaincre le cabinet Standard & Poor’s de maintenir notre note souveraine «BBB-». Mais est-ce réellement une bonne nouvelle ? En effet, en l’absence de visibilité sur une éventuelle reprise normale du tourisme, des transferts des MRE et des exportations, impossible de savoir si le Maroc aura assez de rentrées en devises pour faire face à ses crédits. Sans compter que les principaux pays fournisseurs et clients du Maroc sur lesquels il compte pour redresser la barre ont, eux, vu leur note rétrogradée par le même cabinet. Quoiqu’il en soit, le message optimiste délivré par S&P, deuxième après celui de Moody’s qui a également maintenu la note «Ba1» tombe à point nommé pour le Maroc qui s’apprête à sortir à l’international pour la levée de 8 milliards de dollars qui viendront s’ajouter aux 3 milliards tirés sur la LPL mise à disposition par le FMI. De quoi entamer la réputation de S&P, cette agence de notation qui avait certifié les crédits subprimes américains qui ont causé la crise de 2008. Il ne serait donc pas étonnant de retrouver S&P parmi les parties prenantes lors de la très attendue sortie à l’international du Maroc.