fbpx

Hâtons-nous de ralentir !

Actualité #212 mars 2020

Hâtons-nous de ralentir !

Docteur en sciences politiques de l’IEP de Grenoble et diplômé en économie, le chercheur marocain basé à Paris, Mehdi K. Benslimane, a tenu à partager avec nous sa réflexion dans le cadre de l’initiative TIME TO THINK. Prochainement paraîtra son essai  « Le penseur est mort, vive le chercheur ! » dans lequel nombre des idées formulées ici sont développées à partir de l’exemple de la recherche scientifique. 

Le monde est inscrit dans un régime de production, de vitesse, de procréation, de pollution, d’accélération, d’accumulation, de multiplication, de stress, de quantité depuis des décennies. La nature, création divine, à travers cette crise sanitaire, a décidé de nous arrêter car on n’était pas prêt d’arrêter notre mode de vie, notre rythme effréné. Il était temps puisque les principaux indicateurs mondiaux liés à l’environnement étaient passés au rouge.

Il faut à mon sens retrouver le sens et l’essence de la lenteur, de la décélération, de la préservation de la nature, de la qualité et renouer avec l’essentiel de la vie: la santé, les parents, les enfants, etc.


En termes de locomotion, de transport, par exemple, il n’est pas normal que tout le monde sorte en même temps de la maison, puis rentre le soir ensemble en même temps. Pourquoi ne pas imaginer par régions, par villes, par quartiers d’une même ville des plages horaires pour permettre aux gens de ne pas être au même moment dans les transports (un peu à l’image de ce qui a été pensé pour les vacances scolaires par région) et prévoir des rotations pour désengorger les routes, les autoroutes, etc.

Et puis qu’elle est cette idée de prendre sa voiture, de polluer, de stresser dans les bouchons, pour venir travailler, sans que la production ne soit synonyme de qualité. Travailler chez soi permet de retrouver le sens du travail. Et les résultats pour l’environnement peuvent être meilleurs.

Il faut donc travailler moins mais mieux car consacrer cinq ou six jours par semaine à la tâche n’est pas selon moi le meilleur mode qui soit. Pourquoi ne pas passer à quatre jours par semaine pour donner du temps à ses enfants, à ses parents, à l’apprentissage, au sport, à la santé ; à aider des gens dans des associations, avoir du temps dans ce qui nous passionne dans la vie ?

Par Mehdi K. Benslimane