fbpx

Coronavirus, le Maroc se dirige-t-il vers un nouveau PAS ?

Actualité #212 mars 2020

Coronavirus, le Maroc se dirige-t-il vers un nouveau PAS ?

Les répercussions de la pandémie du Covid-19 sur l’économie nationale ne se sont pas fait attendre. Et c’est la balance des paiements qui est la plus touchée. Pour y essayer de rééquilibrer le tout, plusieurs décisions ont été prises par l’État dont la plus importante concerne la réduction drastique des importations. L’Administration des douanes a ordonné en ce sens à l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) de réduire au strict minimum leurs importations, les priant de négocier avec leur fournisseur le report de celles-ci. Du pain béni pour les concessionnaires marocains qui commençaient déjà à se demander ce qu’ils allaient faire des 5 à 8 mois de stocks de véhicules dont ils disposent en préparation au Salon Auto Expo prévu cette année et reporté à 2021.
De son côté, les banques ont reçu des consignes de BAM afin de limiter le traitement des dossiers d’importation pour ne prendre en considération que ceux concernant les produits pharmaceutiques, la nourriture et les énergies. Les autres importations seront gérées au cas par cas au niveau de la Banque centrale.
Toutes ces mesures, qui rappellent le Programme d’ajustement structurel qui devait rééquilibrer la balance des paiements marocaine, ont été prise afin de contrer les effets négatifs de la baisse des recettes touristiques (plus de 20.000 touristes français ont quitté le royaume en une semaine), des transferts des MRE et de la baisse des recettes d’exportations notamment avec la fermeture des usines de Renault et PSA. Pour rappel, le Maroc a importé pour 30 milliards de dirhams de voitures en 2019 pour près de 166.000 véhicules.