fbpx

BCP et Hseven au chevet des startups

Actualité #212 mars 2020

BCP et Hseven au chevet des startups

 

Un partenariat en faveur de l’émergence de nouveaux leaders panafricains voit le jour. La Banque centrale populaire (BCP) et l’accélérateur HSeven viennent de signer une convention de partenariat visant à promouvoir les start-up innovantes à fort potentiel. Le groupe BCP met ainsi à la disposition des entreprises sélectionnées et accompagnées par HSeven un dispositif de financement approprié soit en equity ou à travers un financement bancaire, selon le niveau de maturité des projets. Dans les détails, cette nouvelle offre se chargera d’accompagner les premiers pas des porteurs de projets, notamment dans leurs investissements immatériels (études, prototypes, tests, etc.), afin de les préparer à se développer de manière soutenue en Afrique et à l’international. Il s’agit d’une offre de financement à des conditions avantageuses en termes de différé, tarification et de garanties.  « A travers ce partenariat, nous nous engageons à soutenir les projets innovants en apportant un appui financier qui répond aux contraintes des porteurs de projets, afin de leur permettre d’amorcer leurs activités entrepreneuriales dans de bonnes conditions », précise Soumia Alami Ouali, directrice de la Banque de l’Entreprise à la Banque Centrale Populaire. « En mettant en commun leurs efforts et leurs compétences, HSeven et la BCP mettent à la disposition des startups deux clés de succès : un accompagnement de haut niveau et un financement patient. Le différé inédit accordé par la BCP leur offrira une réelle bouffée d’oxygène qui leur permettra de démarrer plus sereinement leurs aventures entrepreneuriales », se réjouit pour sa part Amine Al-Hazzaz, CEO de HSeven. Ce nouveau programme, ouvre de ce fait une brèche aux jeunes porteurs d’idées innovantes, sur tout le territoire national qui, faute de moyens, n’arrivent pas à concrétiser et à développer leurs idées. Notons qu’Il s’agit de projets qui nécessitent un investissement entre 1,5 million de dirhams et 15 millions de dirhams et qui ne peuvent pas prétendre au programme Intelaka plafonné à 1,2 million de dirhams.