fbpx

Le coût du transport fait encore barrage

Dossier mars 2020

Le coût du transport fait encore barrage

En l’absence de massification et de stations d’entreposage, les frais de transport de marchandises destinées à l’export pèsent lourd. L’impact se répercute sur la compétitivité du produit.

Tout est réglé comme une horloge lorsqu’il s’agit d’export. Le circuit logistique des produits locaux destinés à l’exportation obéit à des règles draconiennes. Sur le marché international, on ne badine pas avec la qualité et les mesures de sécurité. Les conventions signées avec les différents pays exigent des contrôles en amont comme en aval. Ainsi, à partir de la production, la marchandise est assujettie à des contrôles rigoureux. Première étape, l’octroi du certificat phytosanitaire délivré par Morocco Foodex, l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE). Un organisme qui opère sous la tutelle du ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime. Ce dernier a pour mission d’effectuer le contrôle technique du produit. En d’autres termes, il s’assure de la conformité aux normes exigées par les pays destinataires, en matière de coloration, de calibre, de marquage, d’étiquetage et d’emballage. L’étape suivante concerne le transport. Là encore, il faut que le véhicule soit réfrigéré, isotherme ou encore frigorifique, en fonction de la nature de la marchandise, et réponde aux standards internationaux. Pour ce faire, un certificat appelé communément ATP (Attestation de conformité technique) est remis par l’Office national de sécurité sanitaire et de produits alimentaires (ONSSA). «Pour les transporteurs, l’exigence est de rigueur, à telle enseigne qu’une inspection des véhicules s’effectue tous les ans à l’étranger, faute d’absence de centres spécialisés au Maroc», nous explique Rachid Tahri, président de l’Observatoire marocain de la compétitivité logistique. Un constat corroboré par Hicham Mellakh, président de la commission logistique de la CGEM.... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque