fbpx

Le trésor caché de la TGR

Economie mars 2020

Le trésor caché de la TGR

L’augmentation du montant des dépôts au Trésor intrigue les opérateurs. Entre suspicion d’une dette cachée et l’optimisation du cash des démembrements de l’Etat, la ligne est assez fine.

80,1 milliards de dirhams, c’est le montant qu’ont atteint, à fin décembre 2019, les dépôts au Trésor. Un montant équivalent à deux fois le montant observé il y a 6 ans (44 milliards en janvier 2014). Une dette de l’Etat vis-à-vis des Etablissements et Entreprises publics (EEP) qui représente l’équivalent de 2 ans de déficit du budget général. Une performance de ces dépôts issus des excédents de trésorerie des EEP et déposés contre une rémunération minime à la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Cette augmentation interpelle les opérateurs du marché financier marocain qui y voient une perte d’opportunité de business. «C’est une source alternative de financement du Trésor, qui est autant de manque à gagner des opérateurs qui s’occupent du placement de la dette de l’Etat», fustige un trader de la place. En effet, certains pointent une situation paradoxale au vu de l’explosion de la dette de ces mêmes EEP ces dernières années, notamment relevée par la Cour des comptes et le FMI. ... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque