fbpx

Un potentiel perdu

Enquête février 2020

Un potentiel perdu

Le nouveau port de Safi a fait couler beaucoup d’encre. Entre retards, surcoûts et externalités négatives, le projet suscite aussi des attentes comme levier de développement régional. Round-up!

À la sortie sud de la ville, à une dizaine de kilomètres de Safi, apparaît la forme carrée du nouveau port de la ville. Les portiques du quai charbonnier sont déjà installés alors que le port n’est pas encore livré. Une date de livraison a bien été annoncée pour 2017 mais a été à maintes fois retardée alors même que le ministre de l’équipement, Abdelkader Amara, avait annoncé en février 2019 que «le taux d’avancement des travaux a atteint 98%». Une affirmation péremptoire au vu des défis encore rencontrés par le projet. Mieux encore, quelques mois plus tard, soit en août 2019, le même Ministre présentera et fera valider devant le Conseil de gouvernement un deuxième projet de décret visant à proroger la durée de vie de la direction provisoire du ministère de l’Équipement et du transport pour superviser la réalisation du nouveau port de Safi. Celle-ci devra accompagner l’exécution des travaux jusqu’à la livraison du port et l’apurement de l’ensemble des marchés, soit jusqu’au 15 octobre 2020.
... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque