fbpx

Marginalisée?

Enquête Point de vue février 2020

Marginalisée?

«Cette ville est marginalisée», c’e sont en général les premiers mots qu’on échange avec tous ceux qu’on a rencontrés à Safi. Un leitmotiv! Si effectivement selon les historiens, la ville a été punie durant la période coloniale et post-coloniale pour des raisons de dissidence politique, l’est-elle encore aujourd’hui? Ou tout simplement a-t-elle été oubliée dans son train-train quotidien? Une chose est sûre, l’exploitation de plusieurs chantiers importants a été démarrée sans grand tapage. L’autoroute a ainsi commencé son activité avant même qu’elle ne soit totalement finie. Jusqu’à présent, personne n’est en mesure de définir comment cela a été fait, sur simple ordre émanant, selon la presse, du ministère de l’Intérieur sans découpage de ruban. La centrale Safiec, elle, s’est contentée d’un communiqué conjoint entre le management de l’usine et l’ONEE. Un démarrage assez sobre pour un projet structurant ayant nécessité 23 milliards de dirhams d’investissement et censé produire 25% de l’électricité nationale. De fait, le sous-développement de la ville qui vient de fêter son millénaire est évident à côté de ses deux voisines, El Jadida et Essaouira. Alors que les deux concurrentes étaient complètement absentes des radars, il y a à peine quelques années, voilà qu’elles deviennent de vrais pôles de développement reconnus au niveau national. Est-ce que comme on dit à Safi, la ville n’a pas de lobbyistes pour la mettre en avant? En tout cas, force est de le constater, l’état avancé de délabrement et le laisser-aller de la ville sont patents. Et ce n’est pas sûr que le nouveau découpage régional qui met la ville à côté de la ville des stars, Marrakech, puisse permettre une meilleure visibilité à la première capitale du royaume de Berghouata.