fbpx

Étudiants sans abris!

Economie février 2020

Étudiants sans abris!

Malgré la perche tendue par l’Etat, les promoteurs boudent le créneau des résidences étudiantes. La carotte fiscale ne suffit pas à enclencher une vraie dynamique en dépit d’une demande en perpétuelle croissance.

En milieu de semaine, à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II de Rabat, la grisaille hivernale, assortie aux toitures des bâtiments, pèse visiblement sur le moral des étudiants. Un mouvement de va-et-vient incessant anime le passage bétonné menant vers l’internat mixte de l’école. Désigné comme «pavillon» par le vocable estudiantin, ce vieux dortoir est tombé, au fil des promotions d’ingénieurs, en désuétude. Vu ses toits perméables, les fuites d’eau récurrentes et problèmes d’isolation thermique, sans exclure les visites surprises des rongeurs… il est loin d’être conforme aux normes de salubrité. Il y a un an, des mesures ont été prises par la direction après l’incendie ayant ravagé l’un des bâtiments qui a suscité à l’époque la grogne des résidents. «La direction n’hésite pas à nous rappeler que l’internat est un privilège, pas un droit. Estimons-nous heureux de dormir sous un toit!», euphémise un étudiant. Tel est l’état d’une des résidences étudiantes publiques en 2020.
... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque