Transport urbain, l’incurie

Enquête novembre 2019

Transport urbain, l’incurie

Le dossier du transport urbain par bus en dit long sur l’irresponsabilité avec laquelle Casablanca est gérée.

La mise sous séquestre fracassante de M’dina bus et l’octroi du service de transport urbain par autobus à Casablanca à l’entreprise espagnole à capitaux anglais Alsa Transport, ressemble à l’épilogue d’une autre saison d’un feuilleton qui dure depuis 15 ans. La décision de M’dina bus d’attaquer en justice la ville, voire le nouveau délégataire, en constitue un des rebondissements récents. Pourtant, plusieurs voix se sont élevées depuis des années pour appeler à éviter la situation de gestion à la va-vite d’un dossier aussi chaud que celui du transport urbain ainsi que d’autres services censés être assurés par la ville. «La problématique de M’dina bus remonte à 2008, le fait que jusqu’à présent nous ne disposions pas de bus neufs, ni d’un système de transport en commun digne d’une ville comme Casablanca, relève du scandale», s’insurge Salah Lemaizi, membre d’Attac Maroc, une association qui suit les contrats de gestion déléguée dans la ville de Casablanca depuis plus de 15 ans.
... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque