La taxe manquante

Economie octobre 2019

La taxe manquante

A la veille de la présentation de la Loi de Finances et face à une crise de l’immobilier causée par une inadéquation entre l’offre et la demande solvable, le salut viendrait-il de la taxation des multiples logements vacants ?

Trois milliards de dirhams par an! C’est le montant que pourrait rapporter une taxe sur les logements vacants en cas de sa mise en place, selon l’économiste spécialiste de l’immobilier Driss Effina. Pour celui qui a longtemps été numéro deux de l’opérateur public Al Omrane avant de se consacrer à l’enseignement et la recherche, plusieurs propositions ont été faites dans ce sens depuis 2011 sans que cela soit pris en compte, «ce qui est un manque à gagner de plusieurs milliards de dirhams pour l’Etat», estime-t-il. Au Maroc il y a près d’un million de logements vacants. Ce sont des biens sciemment laissés vacants. Cette statistique n’intègre pas les logements secondaires ou tertiaires, ni les biens des Marocains vivant à l’étranger. Elle rend essentiellement compte des logements de type spéculatif en plus des stocks des promoteurs.

... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque