Le Maroc perd-il de son attractivité ?

Entreprises juin 2019

Le Maroc perd-il de son attractivité ?

Le départ brusque de bombardier suscite encore des interrogations. Au-delà de son impact socio-économique, ce retrait pose avec acuité la question sur l’offre Maroc destinée à attirer les investisseurs étrangers. Mais pas seulement, l’enjeu serait aussi de faire émerger des champions nationaux au sein du tissu industriel marocain.

Coup dur pour l’industrie marocaine. La décision de retrait du Maroc, annoncée en mai dernier, par le constructeur canadien Bombardier suscite encore des interrogations. La sortie du ministre de l’Industrie et ses explications ne semblent pas avoir réussi à apaiser les esprits : de nombreuses questions restent en suspens. Pourquoi le fabricant canadien, qui annonçait début 2019 l’extension de son site de Nouaceur Midparc, décide-t-il, trois mois plus tard, de plier bagage? Où se trouve la faille? Quel est le talon d’Achille de l’offre marocaine responsable de ce retrait? D’autant que l’avionneur s’inscrivait dans une stratégie de développement à long terme au Maroc en parfaite conformité avec son engagement, dans le cadre du mémorandum d’entente signé avec le gouvernement marocain en 2011, d’investir 200 millions de dollars au Maroc pour le développement d’une unité de production industrielle de calibre mondial, avec à la clé la création de 850 emplois directs, à l’horizon 2020.
... Retrouve l'intégralité de l'article dans le Numéro #En_kiosque