Le contrôle par la subvention

Enquête avril 2019

Le contrôle par la subvention

Remplissant un rôle de service public, la presse a depuis 2005 été subventionnée par l’Etat. Un système qui a mené vers l’institutionnalisation et le contrôle du secteur.

En plus de la réforme du code de la presse pour le mettre en conformité avec la nouvelle Constitution de 2011, le gouvernement s’est engagé à réformer le système d’aide à la presse instauré en 2005 pour soutenir un modèle économique défaillant (voir encadré).

Ce dispositif a en effet été vertement critiqué par la Cour des comptes dans son rapport 2016-2017. Celle-ci a relevé que le cumul des aides octroyées à la presse a totalisé près de 659 millions de dirhams entre 2005 et 2016. Cette même année, la subvention a bénéficié à 87 supports dont 7 électroniques sur les 243 titres de presse reconnus et les 500 sites recensés. La Cour relève par contre qu’en 2015, plus de 22% de la subvention a été octroyée à 4 groupes de presse, le mécanisme d’octroi favorisant non pas les supports qui vendent le plus, mais ceux qui tirent le plus. Elle relève par ailleurs que les ventes représentent dans certains cas en moyenne 48%, 35% et 29% du total des tirages durant la période allant de 2010 à 2015. A titre d’exemple, l’hebdomadaire partisan Al Mounataf a tiré en moyenne 5.000 numéros et en a vendu 349 en 2017 selon les chiffres de l’OJD. Les ventes représentant ainsi 7% de la diffusion payante, ce qui n’empêchera pas le support de toucher une aide relative à tout le tirage…



Retrouver l’intégralité de l’article dans le N° 224 (Avril 2019) #En_Kiosque