Casablanca, le grand monstre

Dossier janvier 2019

Casablanca, le grand monstre

La métropole devait accueillir 7 zones logistiques. A ce jour, une seule est opérationnelle mais difficile d’accès tant la circulation à proximité est infernale. La desserte censée alléger cette pression se fait toujours attendre.

Bien que signé devant le roi en 2014, la desserte nord du port de Casablanca n’a pas encore vu le jour. Censée fluidifier la liaison entre la zone logistique de Zenata et le port de la métropole, en évitant notamment aux poids lourds d’emprunter les artères du centre-ville, cette desserte est attendue aussi bien par les professionnels que par les habitants de la zone Sidi El Bernoussi-Ain Sebaâ. «L’ouverture de cette route permettra un gain en temps et en argent et évitera beaucoup d’accidents au Bd Moulay Ismaïl donnant accès à la porte 4-5 du port», lâche un transitaire.

Un retard de six ans
Contrairement au calendrier initial qui tablait sur une finalisation de la route en 3 ans (pour qu’elle soit opérationnelle en 2017), le chantier ne peut être finalisé avant 2020, et pour cause. Impliquant plusieurs intervenants, «il y avait essentiellement un problème avec les autorités de la ville sur le raccordement de la voie maritime, déjà opérationnelle, avec la voie terrestre, qui ne fut réglé qu’au terme du premier trimestre de 2018. Le raccordement a ainsi été réalisé en décembre de la même année. L’appel d’offres a été lancé et attribué, et la voie devrait être prête dans 2 ans», confie une source proche du dossier. Il s’agit en effet d’une trémie qui passera sous la place Mimosa pour connecter la voie maritime à la voie terrestre menant à la zone logistique de Zenata. D’autres travaux devront aussi être entamés pour l’élargissement de la voie depuis ce raccordement jusqu’à la zone logistique.

Alléger le trafic
Pour rappel, cette desserte routière longue de 18,4 km pour un coût estimé à 600 MDH devait compléter une liaison routière efficace entre la zone logistique de Zenata et le port de Casablanca. L’objectif étant de permettre au pôle logistique de Zenata d’assurer sa fonction et sa vocation de levier de la mise à niveau du secteur de la logistique, au service de la compétitivité des activités de distribution de l’import/export. La voie devrait enregistrer un trafic quotidien de 6.700 poids lourds à l’horizon 2020 et alléger ainsi la circulation. Plus de 1,3 million de véhicules sillonnent chaque jour la capitale économique, selon les statistiques 2017 de l’Observatoire marocain de la compétitivité logistique (OMCL).