fbpx

«La transition numérique est vitale pour les PME»

Dossier janvier 2017

«La transition numérique est vitale pour les PME»

Hassan Bahej, PDG d’IBM Maroc, nous éclaire sur la manière de négocier le virage du digital.

En tant que fournisseur de solutions digitales, quelle lecture faites-vous de l’évolution du gisement du numérique?
En termes de transformation digitale, je dirais qu’il y a beaucoup d’opportunités de développement pour les établissements bancaires, en particulier pour répondre, entre autres, aux nouvelles attentes de leurs clients, mais également pour des raisons de compétitivité. Plusieurs banques de la place ont déjà amorcé, à court terme, un plan stratégique résolument axé digital et soutenu par la création d’une gouvernance qui lui est proprement dédiée, avec notamment des Chief Digital Officers. Pour sa part, le secteur public est lui aussi partie prenante depuis plusieurs années et poursuit le déploiement des services E-Gov et la digitalisation de ses principaux ministères, à l’instar de la Santé, la Justice ou encore les Finances. Dans le milieu urbain, la digitalisation impliquera l’adoption du concept de la gestion intelligente des villes (Smart Cities), etc.

Quels sont d’après vous les secteurs les plus réticents?
L’amorce de la transformation digitale pour les entreprises marocaines est bel et bien là, mais elle demeure encore timide. Les entreprises prennent conscience de la nécessité de se mettre à niveau, mais les stratégies mettent du temps à germer.

Le virage du digital est-il si indispensable pour les PME?
La prolifération du digital amène des bouleversements dans les modèles opérationnels et économiques des entreprises avec parfois des impacts très importants sur toute la chaîne de valeur. Mais quand on parle de digital, on parle en réalité d’une très large variété de transformations. Elles peuvent concerner les produits et services, les politiques d’innovation, les services délivrés aux clients, la valorisation du capital de données, les modes de travail des collaborateurs, les ressources humaines, la gestion et la culture des talents, ou encore la stratégie de la marque. Ce sont d’ailleurs les PME qui ont le plus à gagner de la transformation digitale de par leur taille, qui leur permet d’être plus agiles, réactives, et du fait qu’elles disposent de processus plus souples, ce qui leur permettra d’innover plus facilement et de se doter des dernières technologies pour ce faire.

Comment s’y prendre?
Je pense que la digitalisation massive passera par une prise de conscience et une meilleure connaissance des offres technologiques et des nouveaux usages. Les entreprises ont besoin avant tout de s’adapter au marché et au comportement de leurs clients. L’émergence des nouvelles technologies: Cloud, mobile, social media, etc. va les pousser progressivement à se digitaliser. Toutes les entreprises en sont conscientes. La digitalisation d’une entité doit être entreprise en profondeur. A commencer par l’identification des projets à même de subir une transformation digitale, puis l’embauche d’un capital humain à même d’assurer cette transition digitale, avant de se doter des technologies adéquates.