Boite de Pandore

Enquête Point de vue janvier 2017

Boite de Pandore

C’est une vraie caisse noire qui semble rentrer sous le giron du régulateur. Le management de la CIMR a en effet tout fait pour ne plus afficher de documents à même de retracer ses mouvements. Et aujourd’hui, personne ne peut réellement analyser ses résultats et ses performances financières à part peut-être ses commissaires au comptes…

Son président directeur général, qui ne rate aucune occasion de clamer haut et fort que sa «caisse est la mieux gérée» ne laisse aucun élément factuel pour lui porter la contradiction… Longtemps géré comme un club privé de grands patrons guidant ses placements, aujourd’hui la CIMR devra se soumettre comme les autres caisses à la loi. Elle devra aussi se conformer aux règles prudentielles et de transparence. Alors qu’elle a été des années durant en roue libre, causant parfois des remous sur le marché, la Caisse va finalement nous dévoiler sa vraie face.
Espérons qu’elle soit identique à l’image idyllique que l’on nous décrit. Qu’elle ne soit pas une boite de Pandore qui va nous surprendre par son contenu. Car, au final, il s’agit bien des droits de plus de 600.000 hommes, femmes et orphelins. Autant de personnes qui ne peuvent compter que sur eux-mêmes si la Caisse est défaillante, l’Etat n’ayant même pas mis la main à la la poche pour sauver ses propres caisses de retraite.