fbpx

dommages collatéraux

Décryptage juillet 2016

dommages collatéraux

Il y a du gaz dans l’air entre le Maroc et la Mauritanie. Suite à une décision du Conseil des ministres, les cadres marocains de la filiale de Maroc Telecom (51% du capital), Mauritel, ont été interdits d’accès à leur lieu de travail. Les raisons se disputent la palme de l’absurde. Certains parlent d’une détérioration des relations culturelles au sein de l’entreprise. D’autres imputent ce soudain désamour à la non réception par le roi du ministre des Affaires étrangères mauritanien, muni d’une invitation au sommet Arabe du 25 juillet prochain. Mais il semblerait que cette animosité soit attisée par la présence d’opposants au régime mauritanien au Maroc, autrement dit, l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou et le diplomate Moustapha Ould Imam chai. Où l’on se rend compte qu’un investissement en Afrique, outre des rendements à deux chiffres, ne tient qu’au fil ténu de l’humeur du potentat en place. Ici, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, notoirement proche D’Alger.