La coqueluche des bancaires

Entreprises janvier 2015

La coqueluche des bancaires

Le marché semble apprécier les performances de la banque en général mais surtout son développement en Afrique. Ainsi, tout en étant très liquide, le titre BMCE Bank garde une bonne cote.

C’est visiblement la Rolls des titres cotés! «C’est un titre parmi les plus liquides, il a la cote chez les analystes en raison des bonnes performances de la banque et sa stratégie à l’international», assure un analyste de la place. Parmi les bancaires, BMCE Bank serait le deuxième en termes de liquidité sur les six derniers mois, après Attijariwafa bank et devant Banque centrale populaire et BMCI. En chiffres, «sur le deuxième trimestre 2014, le titre est deuxième plus liquide sur le marché avec une moyenne de 13 millions de titres», explique un analyste qui a préféré garder l’anonymat. En outre, BMCE Bank affiche un Price Earning Ratio (PER) des plus élevés de la place. «A 31, le PER de la banque est le plus élevé du secteur dont le PER moyen se situe autour de 17,7», affirme notre analyste. «Théoriquement, cet indicateur indique si le prix d’une action est cher ou raisonnable; il renseigne également sur la durée nécessaire pour récupérer l’investissement initial sur le titre», explique un expert. Néanmoins, «chaque fois que cet indicateur est élevé, il informe également sur les bonnes perspectives de la banque», ajoute un analyste. Ainsi, le niveau élevé de cet indicateur n’impacte pas la liquidité du titre, au contraire, il stimule la confiance des investisseurs dans les perspectives de développement du titre.

Volatilité
Concernant la volatilité du titre, il vacillait entre un range 204 et 227, soit une volatilité de 9% sur la deuxième moitié 2014. L’une des plus faibles par rapport aux bancaires, car pour des titres comme BMCI ou Crédit du Maroc, la volatilité atteint 29% et 25% respectivement. Cela sans pour autant avoir le monopole de la stabilité du cours parmi les bancaires. Car, en effet, AWB fait autant avec 9% quand BCP affiche une volatilité mesurée de 17%. Sur l’année, le titre BMCE Bank s’en sort plutôt bien avec une variation positive de 2,25% par rapport aux variations négatives de la BMCI (-11%) et de Crédit du Maroc (-9,17%). Par contre, d’autres banques ont pu réaliser des performances positives à deux chiffres avec à leur tête CIH, avec un bond de 21,15% et Attijariwafa bank, avec près de 11,5%. Si le consensus de bonnes perspectives est partagé entre la communauté d’investisseurs, c’est en raison du bon comportement des indicateurs financiers et du bon écho du développement de la banque à l’international. En effet, la BMCE Bank affiche un produit net bancaire de 3 milliards de dirhams au premier trimestre 2014, en progression de 20% par rapport à la même période 2013. Le résultat net ressort à 805 millions de dirhams, avec une progression de 15% au premier semestre 2014 par rapport à la même période de 2013. «La majorité des indicateurs financiers de BMCE Bank se portent bien, excepté le coefficient d’exploitation évalué à 60%, alors que la moyenne du marché s’établit autour de 45%», glisse un autre analyste de la place. Cet indicateur mesure le poids de la charge d’exploitation par rapport au produit net bancaire.

BMCE Bank réalise 66% de son résultat net au Maroc, 28% en Afrique et 6% en Europe

Relais de croissance
La banque s’est aussi lancée, en 2014, dans la couverture des risques via la société RM Experts. Ainsi, l’effort déployé en couverture a permis de rapporter un peu plus d’un milliard à fin juin 2014, en hausse de 21% par rapport à la même période de 2013. Ceci a permis au taux de contentieux de s’établir à 5,51% à fin juin 2014, un taux inférieur à la moyenne du secteur de 6,52%. Par ailleurs, les réalisations de la banque à l’international semblent avoir bon écho du côté des analystes. Ainsi, rien que pour 2014, la présence en Afrique confirme le rôle de relais de croissance du continent. En chiffres, la participation à la Bank of Africa a rapporté un résultat part du groupe de 30 millions d’euros, à fin juin 2014, soit un quart des résultats du groupe. De surcroît, la contribution de la Congolaise de banque s’élève à 11,2 millions de dirhams, à fin juin 2014, en progression de 21%. Puis, la Banque de développement du Mali a également contribué au résultat du groupe pour 25,1 millions de dirhams, à fin juin 2014, soit une croissance de 3% par rapport à la même période de 2013. D’autre part, la plateforme européenne de la banque confirme également l’intérêt stratégique à l’Europe. Les filiales du groupe présentes à Madrid et Londres représentent pas moins de 6% du résultat net part du groupe. Ainsi, la filiale BMCE Bank International Madrid a affiché un PNB de 5,6 millions d’euros à fin juin 2014. En même temps, la filiale londonienne a réalisé un résultat net de 2,3 millions de livres sterling. En tout, BMCE Bank réalise 66% de son résultat net au Maroc, 28% en Afrique et 6% en Europe.